samedi 23 novembre 2013

Et puis c'est tout.



Et puis c'est tout, il dit mon bébé quand se termine l'histoire du soir ; alors on reste un instant tous les trois blottis les uns contre les autres dans le lit de sa grande soeur, dans notre bulle de chaleur et de tendresse, avant que je ne prenne Auguste dans mes bras pour le porter jusqu'à son lit. Un bisou, deux, et puis un sur le front aussi, et tu peux demander à Papa de venir nous embrasser, allez on dort maintenant, Auguste, j'ai dit : "on dort", arrête de rigoler ; bonne nuit mes amours. 

Commence alors la soirée verveine-chocolat, les copies à corriger, les séquences à préparer, les projets à concrétiser et souvent, presque tous les soirs en fait, l'amoureux qui me conseille d'aller me coucher. C'est que je ne me sens vivante que lorsque je suis débordée je crois, alors tant pis si la photo que j'ai prise pour mon passeport me montre bien trop cernée, c'est moi cette femme fatiguée, épuisée mais vivante. Je me suis lancée dans l'organisation d'une manifestation, moi la timide, la réservée ; je découvre des tas de personnes engagées, prêtes à se battre pour défendre les valeurs de la République française, et comme ça me fait du bien en cette période de banalisation du racisme de pouvoir montrer à mes enfants que même si des abrutis jettent des bananes à notre ministre, il y a aussi des tas, des tas de gens qui se fichent totalement de leur couleur, des tas de gens bien plus intelligents.

Jeudi dernier, à l'école, Paul m'a accueillie avec un "Il est trop swag votre jean, Madame". Encore toute embuée dans le manque de sommeil de ma nuit trop courte, j'ai jeté un coup d'oeil à mon jean acheté cinq euros dans une friperie avant de répéter, hébétée : "Swag ?". "Ouais, classe quoi !" a répondu Paul, et j'ai ri ; j'adore quand les élèves croient que je suis née de la dernière pluie. 
  Mon jean trop swag et moi avions philosophie ce jour-là. J'avais écrit au tableau : La violence est-elle toujours mauvaise ? Leurs regards déroutés ont très vite évolué en vraie réflexion argumentée et j'ai jubilé en les entendant évoquer les Black Panthers, Martin Luther King, le conflit Israelo-Palestinien, Gandhi et Mandela, en les observant s'écouter, réagir, approuver ou rejeter les idées des autres ; j'aime ces cours qui me permettent de me rendre compte comme ils ont progressé. L'espace d'un instant, j'ai (narcissiquement) pensé que leur intérêt témoignait bien qu'au delà du brevet ou du bac, c'est leur identité toute entière qui était en train de se construire grâce à ces cours où je m'efforce de montrer comme la littérature est belle, comme la culture est importante, à ces futurs mini-citoyens de quinze, seize ans.
  Le même jour, j'avais savouré quelques petites victoires avec un élève de CE2 en très grande difficulté et j'étais rentrée chez moi le coeur léger, peut-être un peu fière même, avec le sentiment de bien faire mon job. Et puis, le lendemain, j'ai renvoyé quatre élèves qui n'avaient - à nouveau - pas fait leurs devoirs, la mauvaise humeur m'a rattrapée et même s'ils se sont excusés à la fin - Mais non on s'en fiche pas de vos cours Madame -, j'ai bien compris que rien n'était gagné, surtout avec les ados, aussi sympas et intéressants soient-ils.

Voilà, ce sont les nouvelles d'ici. Le temps file. Maintenant, mon bébé dessine des bonshommes avec un zizi entre les jambes, il compte jusqu'à 25 et nous dit "A comme Auguste" dès qu'il en voit un. Sa soeur s'accroche pour être encore meilleure en danse, elle carbure à l'école, joue parfois à la pré-ado mais garde les yeux qui brillent devant La Mélodie du bonheur. Cet article est mal écrit et décousu, c'est que je n'arrive plus à avoir les idées très claires. J'ai reçu des mails qui m'ont fait le plus grand plaisir ; merci beaucoup Maud, Mathilde, Juliette et Léa. Je reviens bientôt, promis.


     


Leurs câlins pour s'endormir lorsqu'on sort en amoureux le soir - Paris depuis le toit-terrasse du plus bel immeuble du boulevard Haussmann -
La coloc du 20e où on a le droit de dessiner sur les murs - Ses yeux brillants lorsque notre ami est entré sur la scène du Mogador -
La surprise en or de mon amie Audrey après que je lui ai raconté ma joie d'avoir pu échanger quelques mails avec mon auteure préférée -
Les petits matins de l'Automne 2013... Tintin sinon rien.



     



PS : Quel engouement pour le swap, c'est trop chouette ! Ce que je vous propose, c'est de le lancer début 2014, une fois que la période de Noël sera passée et qu'on sera toutes un peu plus disponibles. Je vous en reparle très vite pour qu'on organise ça.


13 commentaires:

  1. Tu as promis alors je ne grogne pas. Mais bientôt bientôt, hein ? Des baisers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Mathilde <3 merci. Je t'embrasse.

      Supprimer
  2. J'adore te lire !! tu me donnes envie de me remettre à écrire un peu la vie par ici :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je l'aime moi ton billet tout décousu !
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Oh j'ai eu peur en lisant le titre ... J'ai cru que tu annonçais la fin de ton blog ;-(

    J'adore te lire, bcp d'émotions à chaque fois . J'adore comme tu parles de ton métier , de tes enfants , de la vie .
    Merci .
    Maud

    RépondreSupprimer
  5. Tout comme ta photo, les mots de tes élèves, de tes proches, c'est tout toi quoi :-) ou en tous les cas ce que j'imagine très bien! C'est décidé je viendrai dimanche avec les enfants probablement mais sans l'amoureux qui a toujours le pied... Et puis j'aime ta bande son alors continue à ton rythme, selon tes envies et humeurs mais continue! Bises

    RépondreSupprimer
  6. bravo pour l'organisation de cette marche !

    RépondreSupprimer
  7. tu sais quoi ? tu es hyper swag comme fille, ça se voit virtuellement et on doit en prendre plein les mirettes pour de vrai

    RépondreSupprimer
  8. Très jolie initiative !
    Je vous aurais rejoints si j'avais habité Nantes !
    Et puis ouaip ! j'cois bien que tu es une fille swag !!!

    RépondreSupprimer
  9. oh oui, rien est gagné avec les ados et tous les jours apportent leur lot de surprises, mauvaises mais heureusement délicieusement bonnes aussi!! je te souhaite une belle dernière ligne droite avant ces vacances bien méritées!! bises!

    RépondreSupprimer