jeudi 12 décembre 2013

Tes doigts dans les miens suffisent à réchauffer mon corps tout entier.



 Tu as raison, ma grande fille. C'est toujours la même chose, ce mois de décembre. Les copines qui font des histoires, les amoureux qui nous énervent, les calculs trop difficiles et la fatigue qui nous empêche de nous concentrer en classe. Nos corps qui tremblent tant le vent nous glace, le givre qui nous met en retard le matin, la colère, les cris et les portes qui claquent. Les livres qu'on ne prend pas le temps de lire alors qu'on aimerait rester toute la journée au lit. Les pulls qui grattent le cou, les robes d'été qu'on doit laisser au placard, les boutons des manteaux qui sautent et le ventre qui durcit de douleur. La déception de ne plus croire au Père-Noël alors qu'on aurait aimé garder la magie encore un petit peu ; et on a beau se forcer, impossible de ne pas deviner à nouveau. Le petit frère qui se réveille trop tôt et tire les cheveux ou nous enferme dans le noir juste pour nous embêter. L'attente de l'avant-vacances, nos cheveux qui s'emmêlent et nos lèvres qui craquent.

Pour moi aussi tu sais, décembre n'est pas toujours facile. Mon coeur qui se serre en voyant l'état de mon compte bancaire, le sommeil qui se fait à nouveau la malle et mes cernes qui ne cessent de foncer. La queue à la mairie, la queue à la CAF, la queue à la banque. Attendre. Les copies qui s'amassent sur mon bureau. Les informations qui me dépriment à la radio. L'ado qui se détruit et qui me fait sortir de mon statut de prof, mais tant pis si ça déplait, je suppose qu'on ne me changera pas. La déception de voir que la Marche n'a pas mobilisé grand monde... il faut croire que les gens préfèrent crier leur haine de l'autre que leur amour.

Mais tu sais, ma grande fille, décembre est le mois le plus ambivalent de l'année, et ce ne sont pas les chagrins et le grand froid dont il faudra se souvenir. On se rappellera le sapin moche qu'on a acheté parce que ton frère et toi y teniez et que vous avez réussi à rendre un peu plus beau. Le grand calendrier de l'avent qui vous fait patienter et décore temporairement le salon. Nos fous-rire dans la voiture, quand ton petit frère dort et qu'on raconte n'importe quoi. Les baisers de ton frère le matin, l'après-midi, le soir. La mer agitée et ce ciel qui reste étonnamment bleu. Les rues remplies de monde et les ampoules qui scintillent dans les arbres. Les mots doux de mes petits élèves, les vannes des grands, les rires en classe, tout le temps. Leur concentration, leurs efforts, leurs progrès. Ta détermination, ma grande fille, ta grâce, ton indulgence, ta gentillesse. La tendresse de ton petit frère, sa timidité, sa douceur, sa beauté de petit garçon qui n'est plus du tout un bébé. L'amabilité des commerçants et des gens croisés au hasard. Le mail de ton oncle qui me disait qu'il était fier de ce que j'avais fait, et que 60 personnes, c'est vrai c'est pas beaucoup, mais c'est un bon début. Ta première interview pour une radio et le sourire de la journaliste en t'entendant gronder contre le racisme. 

Tu as raison, ma grande fille. Parfois décembre nous remplit de désarroi. Alors pansons nos maux avec des pensées qui font du bien, rappelons-nous comme l'année a été belle, souvenons-nous de cette chance qu'on a d'être si bien entourées. Allez viens ma grande fille, on rentre. Il fait froid et des grands mugs de chocolat chaud nous attendent à la maison. On y trempera des chamallows, on se fera des moustaches brunes lactées, on se dira des belles choses et nos rires et nos mots feront fuir les idées sombres.

10 commentaires:

  1. Chouette une prof qui s'engage auprès d'un élève qui ne va pas bien, chouette une citoyenne qui s'engage avec ses enfants pour ce qui est juste... que le vent de décembre chasse les soucis et les idées sombres, et regardons le bleu du ciel ! Merci de tes mots posés ici et qui font sens, si souvent...

    RépondreSupprimer
  2. Très beau texte pour une belle cause.
    Des bisous à ta fille (si je peux me permettre).

    RépondreSupprimer
  3. Ce que tu es émouvante...
    Tu peux être très fière, de toi, de vous !
    des bises

    RépondreSupprimer
  4. tes mots me donne la chair de poule...et l'action de ta fille aussi!!

    RépondreSupprimer
  5. C'est vraiment chouette, ces mots de décembre...

    RépondreSupprimer
  6. Ciel que vous me semblez une belle personne ! Vos mots sont à la fois d'une grande force et d'une grande douceur. Je vous embrasse sans vous connaître.

    RépondreSupprimer